Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 00:00

100_2041_lac_de_pont_w.jpg

A tous ces mots d’amour

Que nul ne peut imaginer un jour

N’avoir jamais prononcés.

A  ce merveilleux voyage aux frontières de la vie

Qu’hier avec toi j’ai entrepris...

Josiane NORAS

Semur en Auxois (la queue du lac de Pont) photo ©RenéPoète

MA MUSE, JE T’AIMAIS

 

 

 

 

 

 

Quand je mesure tout ce chemin parcouru,

Tout ce qu’ensemble nous avons encouru

Tout ce passé, ce bonheur à jamais perdu

Où nous sommes tant aimés, éperdus...

Cette vie bâclée à courir après l’inaccessible

Sans cesse obligés à admettre l’inadmissible ;

Du malheur et des déceptions nous étions la cible

Vie de tracas, de sueurs et d’angoisses indicibles

 

Nous rêvions d’une vie plus juste, ensemble,

De connaître enfin un bonheur si vrai, si proche

De cette sensibilité qui nous soude, qui nous assemble,

Sans peur, sans peines et sans aucuns reproches.

 

Nous caressions l’espoir d’une prochaine embellie.

Du bon vin nous n’avons eu que la lie,

La routine, les ennuis et la lassitude,

Les tracas de la vie et ses vicissitudes ;

 

La peur des lendemains et les inquiétudes ;

Tout cela était passé sournoisement dans nos habitudes

Nous avait ôté, annihilé, neutralisé toutes envies

Tout ce qui était le sel de la terre, la fleur de la vie,

 

Jamais nous n’avons eu le bon grain, rien que l’ivraie

Plus rien ne nous animait ni ne nous enivrait.

La difficulté de l’exigence fondamentale nous désarmait

J’en aurais presque oublié que je t’aimais. 

 

Sur mes joues coulèrent mes larmes,

Contre la mort je suis resté sans armes

Quand tes yeux se sont fermés, tes lèvres closes

Comme jeune fleur, à peine tu étais éclose

 

J’en garde à jamais les séquelles, la rancœur,

La tristesse et la douleur m’ont frappé en plein cœur...

Quand chaque fois que de moi tu fut enceinte,

Je t’ai vénérée et adorée comme une sainte ;

 

De mes chers enfants tu fut la digne mère,

Lueur de joie dans l’océan de la vie amère

Très loin de tout ce qui me distrait ou m’amuse

Tu es et resteras désormais, celle que j’aime, ma muse...

 

 

 

© René Poète.( p0ete21@tiscali.fr ) Semur en Auxois, 18 avril 1996

 

 

33 TOUS CES MORCEAUX DE VIES

                                                                          

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Danielle 27/03/2008 23:43

Comme ils sont beaux et tristes ces poèmes dédiés à ta chère épouse, la mère de tes chers enfants, elle sera toujours dans tes pensées, un tel amour ne peut s'éteindre ni se faner, comme une rose éternellement gravée dans ton coeur. Votre chemin ensemble a été bien trop court mais si empreint de tendresse et d'amour. Bisous à toi René. Danielle

rose89 27/07/2007 09:01

que faire contre l'adversité ? pas grand-chose, sinon essayer de relever la tête (quand elle n'est pas trop lourde) j'ai connu aussi......biosus

Muriel 22/11/2005 16:22

Il est vraiment très triste mais très beau ce poême. Il décrit ce qu'est la vie d'un couple. On se croise, on ne voit plus ce qui doit être vu et la vie passe..............

René 07/12/2005 14:29


Je suis convaincu maintenant, que les pires des ennemis pour un couple sont les habitudes, la routine.C'est Tout cela qui tue l'Amour!...Il faut souvent se remettre en question, savoir rompre la monotonie et surtout ne pas avoir peur de se dire souvent que l'on s'aime. C'est à la lumière des leçons du passé que je m' éfforcerai de ne pas refaire les mêmes erreurs, que je veux maintenant positiver et vivre ma vie pleinement.

Muriel 20/11/2005 14:17

Tu cherches ailleurs mais à elle tu reste soudé car elle vivait comme tu vivais de la même manière que toi. Alors il te sera difficile de trouver la même........

mikele 18/11/2005 18:26

Bonsoir, je n'ai pas eu le temps de tout lire.. mais ce n'est pas par "voyeurisme" que j'ai lu les poèmes à votre épouse mais pourpartager avec vous même si ce n'est qu'un court instant "l'absence" ...

René PULVER 18/11/2005 22:46

Présentation

  • : Entre le rêve et la réalité
  • Entre le rêve et la réalité
  • : Ma poésie, mes rêves, mes espérances
  • Contact

Texte Libre

Chers amis et visiteurs, Merci de me faire part de vos impressions dans la rubrique "commentaires" de chaque article.Conseillez mon site à vos parents et amis et Revenez me voir chaque jour, il y aura du nouveau!.. 
A noter que seul les commentaires rédigés dans le respect de la langue française ou dans la langue du pays d'origine du commentateur seront publiés. les commentaires en  langage texto ne sont pas autorisé sur ce blog et seront donc éliminés.

 Je voudrais dédier ma poésie à Monsieur Vaysse, mon professeur de français à l'école Jean Jaurès de Charenton le Pont  en 1959 (5ème technique). Il fut mon  véritable initiateur à la poésie Sans qui, je n'aurais peut-être jamais rien écris...

 

L'ensemble du blog est couvert par le copyright, je rappelle que toute copie est strictement interdite et illicite et les contrevenants courent le risque de poursuites
et ce conformément aux articles 111 et 121 du code de la propriété intellectuelle. Pour plus d'informations
cliquez ici.

 

 

Recherche

MES ETATS D'ÂME

Découvrez la playlist FERRAT 2 avec Jean Ferrat

 

 
Semur en Auxois(21140)
Cité médiévale
Ancienne place forte
des ducs de Bourgogne
 
ecologie 
 
 
VOUS ÊTES le
 Hit Counter ème
 
AMI ET VISITEUR
 

 

 

 
 

 

 

 N'OUBLIEZ JAMAIS L'HORREUR DE LA BARBARIE NAZIE

LA BÊTE IMMONDE

  EST ENCORE VIVANTE, LA PESTE BRUNE REVIENT.

REMEMBER YOU! SOUVENEZ-VOUS!

"Celui qui oublie le passé est condamné à le revivre"

Voici où risque de vous mener une attitude laxiste face à la montée de l'extrême droite, de la xénophobie et du fascisme

-------------------------------

Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître.

Ils achètent des choses

 toutes faites chez les marchands.

Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis.

(Antoine de St Exupéry) 

 

 

 
 

"On ne vois bien

qu'avec le coeur,

l'important est invisible

 pour les yeux."

St Exupery

Archives

Mes citations

  web compteur

 

 

 

 

Je suis pour les ardents, les passionnés.

Ils sont la fleur de la vie, le sel de la terre.

o0o0o0o0o

 

Celui qui aime est plus doux,

plus tolérant à l'égard d'autrui!

 

 

 
 

Articles Récents