Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 07:00

Photo: René P. (poète 21)

Je dédie ce poème

A la femme que j'aime

Ma muse, mon Egérie

Mon Amour, ma chérie.

Quand ces vers elle lira,

J'en suis sûr, elle se reconnaîtra.

Ton poète René

 

  Mon jardin secret

 

Dans mon merveilleux jardin secret

Qui est tout au fond de mon cœur

Y sont jalousement tous cachés

Mes courts instants de bonheur.

Je le cultive seul depuis des années,

Je n’ai de cesse que de le protéger

Nul n’y sera jamais encore entré

Car moi seul j’en détiens la clef.

Tous ceux et ce que j’ai aimé

Mes plus beaux merveilleux souvenirs

Y sont à jamais entrés et camouflés

Et je les revois toujours avec plaisirs.

Si vous entrez un jour dans ce jardin

Par un beau et merveilleux matin,

Vous verrez comme il sort de l’ordinaire,

C’est pour moi un jardin extraordinaire.

©René P.   2 juin 2005

Touts droits réservés. La  copie, même partielle, est strictement interdite sans autorisation de l’auteur.

Repost 0
Published by Poète21 - dans MA LYRE - mon luth.
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 07:00

LES GRAFFITIS DU MAL VIVRE

19 J'HURLE A LA MORT

 

Toute ma colère je vous crierai

Sur tous les murs je vous l’écrirai.

Sur les murs de votre indifférence,

Par monts et par vaux, partout en France.

J’écrirai toutes mes appréhensions

Sur les murs de votre incompréhension.

Je dénoncerai vos malsaines habitudes

Sur tous les murs de vos turpitudes

Même et aussi sur le mur du son,

A ceux qui font l’âne pour avoir le son.

Sur les quatres murs de ma chambre

Et aussi sur ceux des antichambres

Sur les murs de votre infâme bêtise

Que  la haine et la jalousie attise.

Sans vous faire aucunement la charité

Je vous redirais toutes vos vérités.

Sur tous les murs de vos prisons

J’écrirai tout cela, à perdre raison.

Je clamerai toutes vos trahisons

De chapitres en chapitres et en péroraison

J’écrirai et je crierai toute mon inimitié

A vous qui ne me suscitez aucune amitié.

Sur tous les murs de vos lamentations

J’attirerai toute votre attention

Sur les murs de l’océan Atlantique

Je dévoilerai tous vos vils tics

Sur les murs de votre ignoble honte

Je cracherais tout ce qui vous éhonte.

Sur les murs de votre imbécillité

Je vous démontrerais vos absurdités.

Sur tous les murs je vous le stipule

Pour que tout cela vous stimule.

Et aussi sur les murs de vos tanières

Je taillerais vos préjugés en lanières.

J’écrirais sur les murs du silence

Pour vous accuser de ce qui m’offense.

Êtres stupides, corrompus et pervers,

Je doute que vous compreniez mes vers.

Êtres primaires et dépourvus de sentiments

Vous n’en êtes qu’à écrire de vos excréments,

Votre prose archaïque, sommaire et ridicule

Sur les murs de vos tristes et mornes édicules ;

Hélas… Vous n’en êtes encore qu’à la virgule!….

 

© René Poète Semur en Auxois 17 août 1995

Repost 0
Published by Poète21 - dans MA LYRE - mon luth.
commenter cet article
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 07:00

  
photo ©René Poète 

  Tout ce qui me vient de l’intérieur



Il est des voix multiples intérieures

Qui sourdent du plus profond de mon cœur,

Qui peuvent me paraître comme inexacte science ;

Elles me dictent ce que doit être ma conscience.

-

Il est des voies intérieures qui me commandent

Ce que nul ne préconise ni ne recommande,

Qui font que mon langage peut paraître dur

Face à d’injustes situations qui perdurent.

-

Il est des voies aussi profondes que mystérieuses

Qui me dictent ma vie d’une façon impérieuse,

Bien qu’à autrui, obsolètes et silencieuses,

Elles me révèlent combien l’existence peut être laborieuse.

-

Mon cœur a souvent ses nécessités et ses raisons

Qui peuvent paraître empreintes de déraison.

Que nulle règle, nul décret, nulles sciences

Ne peuvent annihiler, expurger de ma conscience.

-

Quand face à la raison, mon cœur se mutine,

Face à l’adversité pernicieuse, mon esprit s’obstine,

Il est de multiples et banales rêveries clandestines

Pour me reconstruire un avenir auquel je me destine.

-

Il est aussi de multiples combats intérieurs

Dont je ne sais si j’en sortirai vainqueur ;

De multiples batailles, des luttes intestines

D’une implacable logique, parfois enfantine.

-

Il est encore de grands silences intérieurs

Où , de multiples questions, on se pose.

Qu’aucun signe ne peut trahir de l’extérieur,

Où seul avec moi-même je suis en osmose.

-

Il est d’obsédantes et sinistres langueurs

Qui s’insinues et me meurtrissent au fond du cœur !

Mais pour que mes rêves, un jour se réalisent

Ne faut-il pas que je commence par rêver ?

*

Mais à trop rêver parfois, j’échoue, je m’enlise

Et dans mon for intérieur je finis par en crever.

A trop vouloir prendre ses rêves pour des réalités

On fini par sombrer dans une sorte de médiocrité…

-©René Poète




*

 

Repost 0
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 08:00

copie-1-coucher-de-soleil-w16.jpgphoto ©René Poète

Contre vents et marées
Envers et contre tout
la grande force du poète
Ne peux être contrecarrée
Lui seul parle avec son coeur.
La grande force du poète 
Est de toujours s'exprimer
Sans jamais être muselé.

La poésie n'a aucune frontière
Et face à la force et aux dictatures
Contre toutes les forfaitures
Elle ne peut jamais se taire.
Le poète de tous bords
Même longtemps après sa mort,
Ses vers Persistent à nous parler
Pour la défense des libertés.
Le coeur du poète vit toujours
En hommage d'un vibrant amour
De paix, de justice et d'équité.
Nazim est  bien de ceux là
En nous, il le faut, encor il vivra..

©René Poète, 09 novembre2007


A NAZIM HIKMET

 

Nazim Hikmet

Repost 0
Published by René Poète - dans MA LYRE - mon luth.
commenter cet article
14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 07:00

 

©Photo René Poète

Randonnée sous la pluie

Heureusement la pluie s'est arrêtée

Laissant le soleil quelque peu briller.

Peut-être pour mieux réchauffer

Nos coeurs transis et martyrisés.

Nous avons marché dans la boue,

Mais la randonnée est un tout .

Nous avons bravé le temps

Et nous en sortons gagnants.

Goutelettes de pluie ne nous arrêtent

Et cette marche point ne regrette.

©René p. 16 avril 2006

 

Repost 0
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 08:00

Clin d'oeil et pensées pour toi ( photo Poète 21)

 

 

Printemps nouveau

***

Les paysages renaissent

Quand les frimas disparaissent.
Les cigales chantent l'aubade
Incitant à la balade

Balades très bucoliques
Charmeuses et idylliques.
Sortent et bourgeonnent les fleurs
Apaisant tous les durs labeurs.
 

Le printemps se montre enfin
Après ce froid hiver, sans fin.
Printemps si cher à notre cœur
Y amenant tant de bonheurs ;
 
Evacuant idées moroses
Retrouvant soudain l’osmose
Avec, charmante, Nature
Souhaitant qu’elle perdure.


Soudain lyre se réveille
Devant ce qui émerveille,
La nature se transcende
Et le bonheur s’appréhende.
 

Il nous faut encor écrire
Bonheurs, joies et moult rires.
Le poète reprend son luth
Pour dire sur airs de flûte,
 

Le doux clapotis des ruisseaux
Bruissements, brise en rameaux
Les gais gazouillis enchanteurs


Annonçant la fin des froideurs.
Sa plume est ragaillardie
Pleine de bonheur, étourdie

 

©René Poète. 17 avril 2007 16h19

Repost 0
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 07:00


TOUTES LES PLUS BELLES FLEURS,

 

Toutes les plus belles fleurs

Qu’aux personnes l'on puisse offrir

Ne peuvent êtres empreintes de pleurs

Mais seulement de vie et de sourires.

Ce sont celles que l’on offre de leur vivant

Plus que pour honorer leur souvenir,

Par la famille, les proches, les survivants

Quand la fin des souffrances est venue

Et que la mort de l’être cher est survenue.

Le plus bel et vivrant hommage

Ne peut jamais être l’apanage

Des objets, des images ou des Fleurs

Mais de la profonde tristesse du cœur

©René P. 16 mars 1995

Repost 0
1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 00:00

Le vrai tombeau des morts, c'est le coeur des vivants.

Jean COCTEAU

Ma mémoire  est une immense nécropole...

Loin des tombeaux et des acropoles

S'y retrouvent tous ceux  que j'ai aimé,

Tous les amis qu'un jour j'ai apprécié

La cohorte des personnes si chères à mon coeur

A jamais disparus sans connaître le bonheur.

 René P.

 

Repost 0
Published by René Poète - dans MA LYRE - mon luth.
commenter cet article
6 août 2007 1 06 /08 /août /2007 18:21
Repost 0
Published by René Poète - dans MA LYRE - mon luth.
commenter cet article
20 janvier 2006 5 20 /01 /janvier /2006 00:00

JE VOUDRAIS QUE L’ON ME LAISSE VIVRE

 

 

Je voudrais que l’on me laisse vivre

Avec mes enfants à mes côtés

Dans cette extase où je m’enivre

De ces douces et mystérieuses clartés.

Mon travail est loin d’être terminé

Et avant d’être complètement banni

J’envisage avec persistance ma destinée

Je m’aperçois que je n’ai pas fini .

Nature comment pouvais-tu croire

Que je puisse préférer sous les cieux

L’effrayant rayon de ta gloire

Aux douces lueurs de leurs yeux ?

J’aurais dû comprendre tes lois moroses

Et qu’au même esprit enchanté

Tu ne donnes jamais ces choses :

Le bonheur, la joie et la vérité...

J’ai pris ce qui dans mon cœur était le plus tendre

Pour te le donner en offrande, te le tendre

J’ai passé le plus clair de mon temps à attendre

A rêver, et à méditer sur ce à quoi je devais tendre.

Il ne me reste que le malheur des plaies mal pansées

Celles du cœur qui saigne, celles de la pensée

Celles de l’être qui toute sa vie s’est dépensé

A espérer l’embellie d’une destinée repensée...

 

 

 ©René P. ( poete21*tiscali.fr )Semur en Auxois, 31 août 1995

Repost 0
Published by Poète21 - dans MA LYRE - mon luth.
commenter cet article

Présentation

  • : Entre le rêve et la réalité
  • Entre le rêve et la réalité
  • : Ma poésie, mes rêves, mes espérances
  • Contact

Texte Libre

Chers amis et visiteurs, Merci de me faire part de vos impressions dans la rubrique "commentaires" de chaque article.Conseillez mon site à vos parents et amis et Revenez me voir chaque jour, il y aura du nouveau!.. 
A noter que seul les commentaires rédigés dans le respect de la langue française ou dans la langue du pays d'origine du commentateur seront publiés. les commentaires en  langage texto ne sont pas autorisé sur ce blog et seront donc éliminés.

 Je voudrais dédier ma poésie à Monsieur Vaysse, mon professeur de français à l'école Jean Jaurès de Charenton le Pont  en 1959 (5ème technique). Il fut mon  véritable initiateur à la poésie Sans qui, je n'aurais peut-être jamais rien écris...

 

L'ensemble du blog est couvert par le copyright, je rappelle que toute copie est strictement interdite et illicite et les contrevenants courent le risque de poursuites
et ce conformément aux articles 111 et 121 du code de la propriété intellectuelle. Pour plus d'informations
cliquez ici.

 

 

Recherche

MES ETATS D'ÂME

Découvrez la playlist FERRAT 2 avec Jean Ferrat

 

 
Semur en Auxois(21140)
Cité médiévale
Ancienne place forte
des ducs de Bourgogne
 
ecologie 
 
 
VOUS ÊTES le
 Hit Counter ème
 
AMI ET VISITEUR
 

 

 

 
 

 

 

 N'OUBLIEZ JAMAIS L'HORREUR DE LA BARBARIE NAZIE

LA BÊTE IMMONDE

  EST ENCORE VIVANTE, LA PESTE BRUNE REVIENT.

REMEMBER YOU! SOUVENEZ-VOUS!

"Celui qui oublie le passé est condamné à le revivre"

Voici où risque de vous mener une attitude laxiste face à la montée de l'extrême droite, de la xénophobie et du fascisme

-------------------------------

Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître.

Ils achètent des choses

 toutes faites chez les marchands.

Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis.

(Antoine de St Exupéry) 

 

 

 
 

"On ne vois bien

qu'avec le coeur,

l'important est invisible

 pour les yeux."

St Exupery

Archives

Mes citations

  web compteur

 

 

 

 

Je suis pour les ardents, les passionnés.

Ils sont la fleur de la vie, le sel de la terre.

o0o0o0o0o

 

Celui qui aime est plus doux,

plus tolérant à l'égard d'autrui!

 

 

 
 

Articles Récents